Actualités

Le 29 avril 2019 

La direction nationale du projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie » participe à la 19éme rencontre du Groupe d’Intérêt Sahélo Saharien (GISS), qui se déroulera à Tunis, du 30 avril au 03 mai 2019.

Le 10 juin 2019 

Le projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie » organise, conjointement avec l'office national du parc culturel de Touat-Gourara-Tidikelt, au bénéfice des associations actives dans le domaine écoculturel et des journalistes de la wilaya d'Adrar,   une formation en biodiversité et en patrimoine culturel du 10 au 12 juin 2019 à Adrar.

Le comité applaudit les réalisations du projet des parcs culturels algériens 

La septième réunion du comité de pilotage du projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie », s’est tenue hier (lundi 12 février 2019) à la bibliothèque du palais de la culture Moufdi Zakaria.

L’objectif de cette rencontre annuelle est de dresser le bilan des activités réalisées en 2018, d’examiner les acquis et les difficultés de mise en œuvre du projet sur le territoire des parcs culturels, couvrant une superficie de 1.042.557 km2 près de 43% du territoire national et de valider le plan d’action 2019. 

Cette réunion a été ouverte par une série d’allocutions, dont la première a été celle de M. Farid CHENTIR en sa qualité du président du comité de pilotage du projet qui a souhaité la bienvenue aux membres du comité de pilotage, et a relevé le niveau de présence des partenaires de mise en œuvre du projet témoignant ainsi de leur grand intérêt à ce programme.  

M. Mohamed ALLEGUE, représentant du Ministère des Affaires Etrangères, a exprimé la grande satisfaction de son département ministériel pour l’avancement du projet qui enregistre des réalisations exceptionnelles en matière de gestion de la biodiversité et du patrimoine culturel des parcs culturels, en réitérant l’engagement du Ministère à l’accompagner et à le soutenir. 

Dans son allocution prononcée pour la circonstance, le représentant résident par intérim du PNUD en Algérie, M.  M.Edwine Carrié, a salué les résultats probants de ce projet, en mettant en avant l’engagement du gouvernement algérien pour concrétiser ce projet qui mérite d’être un modèle en termes de protection de la biodiversité et que ses activités soient généralisées à l’échelle nationale et même à l’internationale.

De son côté, la chargée du Programme PNUD Mme Faiza BENDRISS, a exprimé sa fierté du chemin parcouru par le projet vers l’atteinte des objectifs fixés. Elle a également félicité l’équipe du projet pour le travail intense mené, et saisissant cette occasion, pour inviter l’agence de coordination du projet(le Ministère des Affaires Etrangères), pour appuyer la participation de ce programme de coopération internationale aux événements internationaux tels que les COP Biodiversité, afin de partager cette expérience pionnière dans la gestion du patrimoine éco-culturel du réseau des parcs culturels.    

Suite à ces allocutions d’ouverture, la parole fut donnée à M. Salah AMOKRAE, Directeur national du projet pour présenter le bilan des activités réalisées en 2018. Avant d’entamer sa présentation, il a adressé un message de remerciements à tous ceux qui ont contribué à la mise en œuvre du projet, en leur demandant d’accompagner le projet jusqu’à la fin (2020) tout en espérant une durabilité institutionnelle et écologique aux résultats du projet. (Message du Directeur national du projet en PDF).

Ce projet visant le renforcement du système de gestion des parcs culturels d’une manière à assurer la conservation de la biodiversité, la valorisation du patrimoine culturel et le développement socio-économique des populations vivant sur ces territoires, a enregistré un bilan prometteur et envisage un plan d’action ambitieux pour l’année 2019, selon M. Salah AMOKRANE.

Réalisations du projet : bilan annuel positif et plan d’action ambitieux 

Dans sa stratégie d’appui et de développement de politiques de gestion et d’aménagement des parcs culturels, le projet a enregistré une grande avancée avec l’élaboration d’un draft du schéma d’orientation stratégique et du texte réglementaire relatif au plan général d’aménagement du territoire des parcs culturels. Ce travail, réalisé suite à des rencontres bilatérales avec dix (10) secteurs partenaires pour recueillir et prendre en charge leurs préoccupations sur le territoire des parcs culturels, une fois consolidé, sera présenté en atelier durant le S1 de l’année 2019.  

Intervenant sur des territoires jouissant du caractère d'indissociabilité du naturel et du culturel consacré par la loi 98-04 du 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine culturel, le projet vise à renforcer les compétences du personnel des offices prenant en charge la gestion du patrimoine écoculturel. Dans ce cadre, la direction nationale du projet a engagé deux consultants en formation pour élaborer un programme de formation certifiée et diplômante conformément aux besoins du personnel et à la nomenclature des métiers liés à la gestion du patrimoine écoculturel des parcs culturels. Une fois que le travail soit finalisé, il sera examiné en collaboration avec le Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Enseignement Supérieur pour voir les mécanismes nécessaires pouvant aboutir à la concrétisation de ce programme. 

Le système de suivi de la biodiversité mis en place par le projet dans les parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer génère des informations régulières sur l’état de la biodiversité de ces territoires. Vu l’importance de ce système dont l’efficacité dépend de l’implication effective des chargés de la biodiversité au niveau local, la direction aspire l’appliquer dans les parcs culturels de l’Atlas Saharien, du Touat-Gourara-Tidikelt et de Tindouf, selon les spécificités de chaque territoire. 

Quant au suivi des zones humides et des sites Ramsar, une méthodologie de suivi régulier de la qualité des eaux naturelles a été mise en place et un premier noyau de personnel formé a été constitué pour prendre en charge le suivi de la qualité des eaux naturelles.

Pour le plan de conservation du guépard, une mission de 37 jours a été effectuée dans le parc culturel du Tassili permettant une première lecture spécialisée de l’existence et de la répartition de la faune et de la flore sur ce territoire. Un atelier de présentation du bilan écologique et du plan de conservation du guépard et des espèces de proies sera organisé avant la fin de l’année en cours.  

Sur le plan partenarial, la direction nationale du projet envisage une coopération bilatérale avec la direction générale des forets concernant l’adoption du plan de conservation du guépard et l’élaboration de plan de gestion pour les zones humides d’Afilal dans le parc culturel de l’Ahaggar, d’Ihrir au Tassili et de Tafgoumet à Tindouf. Egalement, un déplacement dans le parc national d’El Kala est envisagé pour renforcer les liens d’échanges et de coopération entre les parcs culturels et les parcs nationaux.

Pour assurer une gestion rationnelle et durable des ressources éco-culturelles du réseau des parcs culturels d’une manière à répondre aux exigences de conservation et du développement local, le projet a initié une démarche innovante réunissant les différents acteurs au niveau de l’Ahaggar et du Tassili pour une meilleure gestion des ressources éco-culturelles. Cette démarche appliquée depuis 2015 sera actualisée durant l’exercice 2019 et d’autres opérations d’écodéveloppement seront mises en œuvre en faveur des populations locales.

Sur le volet communicationnel du projet, M. Salah AMOKRANE  estime   que le projet a développé  sa notoriété auprès des institutions nationales, du grand public et même à l’international et ce grâce à la stratégie de communication mise en œuvre par le  projet et l’accompagnement incontournable du réseau de journalistes constitué par le projet et ayant bénéficié de deux sessions de formation en biodiversité et en patrimoine culturel à Tamanrasset et à Djanet.  

Egalement, il invita les médias à accorder un intérêt particulier aux questions liées à la biodiversité et au patrimoine culturel parce qu’ils constituent des maillons fort dans la sensibilisation et la conscientisation du public aux enjeux de protection du patrimoine éco-culturel.

Les territoires sur lesquels intervient le projet des parcs culturels recèlent des potentialités éco-culturelles pouvant constituer un levier de développement économique et social pour la population vivant sur ces territoire, de ce fait la direction nationale du projet en collaboration avec une experte en tourisme, a élaboré une stratégie pour le développement d’écotourisme et une proposition de deux projets écotouristiques a été faite. La concrétisation de ces projets est conditionnée par l’implication des acteurs locaux concernés.

Pour cela, la direction nationale du projet a entamé un premier travail avec les offices locaux du tourisme par le biais de la signature de convention de partenariat entre les offices  des parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili et les offices locaux du tourisme en vue de réactiver  les anciens circuits touristiques et de mettre en place les nouveaux circuits mettant en relief les potentialités éco-culturelles du réseau des parcs culturels . 

La réunion du comité de pilotage a été clôturée avec les félicitions des membres du comité de pilotage pour les résultats obtenus et la validation du plan d’action pour l’année 2019.

 Télécharger le mot de M. Salah AMOKRANE, Directeur national du projet

 
 
 

Publié par PPCA/13 février 2019

 

Elaboration du plan de conservation du guépard et des espèces de proies dans les parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer

Le 03 septembre 2018 

Un important programme de collecte de données sur le terrain est initié par la direction nationale du projet  « conservation de la biodiversité d'intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels algériens », pour soutenir l’élaboration du plan de conservation du guépard et des espèces de proies dans les territoires des parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer.

Formation sur les cahiers des charges et le code des marchés publics 

La direction nationale du projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie », a organisé, du 02 au 04 juillet 2018, une formation sur les cahiers des charges, ouverture des plis, évaluation des offres et passation des contrats selon le code des marchés publics..