Le 29 avril 2019 

La direction nationale du projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie » participe à la 19éme rencontre du Groupe d’Intérêt Sahélo Saharien (GISS), qui se déroulera à Tunis, du 30 avril au 03 mai 2019.

Le PPCA prend part pour la quatrième fois aux rencontres du GISS. Un rendez-vous incontournable réunissant les chercheurs et les experts travaillant sur les problématiques de conservation de la faune sauvage des zones arides en Afrique Sahélo-Saharienne et au moyen orient. La participation du projet à cette rencontre scientifique se veut une opportunité pour présenter et mettre en valeur à l’échelle internationale les efforts de l’Algérie, à travers son réseau des parcs culturels, placés sous tutelle du Ministère de la Culture, dans le domaine de la conservation des écosystèmes et de la faune saharienne.

La direction nationale du PPCA marquera sa participation avec trois communications techniques sur les thématiques suivantes :

1. la conservation du Guépard et des espèces proies dans les parcs culturels de l'Ahaggar et du Tassili n'Ajjer : présentation des résultats préliminaires ;

2. Etude diachronique sur l'évolution des principaux écosystèmes des parcs culturels de l'Ahaggar et du Tassili ;

3. Surveillance de l’état écologique des zones humides au niveau des parcs culturels algériens : Approche adoptée et mise en œuvre

  La première communication s’articulera autour des résultats préliminaires enregistrés dans le cadre de l'étude portant préparation du « Plan de conservation du Guépard et des espèces proies, suite aux missions de terrains effectuées dans les sites d'Ouhelladjen (PC Ahaggar) et Tassedjbest (PC Tassili).

La deuxième sera consacrée à une étude pionnière engagée par le projet sur l’évolution des principaux écosystèmes du complexe Ahaggar-Tassili. Les résultats de cette étude, assistée par la télédétection, montrent que plus de 80 % des changements survenus dans l’espace du complexe au cours des trente dernières années (1986-2016) sont dus à une progression du couvert végétal.

 Quant à la troisième, elle sera dédiée au système de surveillance de la qualité écologique des eaux naturelles mis en place par le projet, basé sur approche participative et intégrée, dont l’objectif consiste à constituer une base de données des zones humide visant l’amélioration des connaissances et conduisant à une gestion efficace et adaptative de ces milieux à haute valeur patrimoniale.

 Cette dynamique de participation aux rencontres du GISS, Sénégal en 2017, Barcelone en 2016 et Abu Dhabi en 2015, dénote de l’intérêt qu’accorde le projet aux résultats obtenus dans la conservation de la faune sahélo saharienne et de la volonté de s’imprégner de l’expérience des pays dans ce domaine tout en créant les passerelles d’échange nécessaires.