Vers la constitution d'un noyau de suivi et de contrôle des zones humides 

Dans le cadre de la concrétisation de sa stratégie de renforcement de capacités du personnel du réseau des parcs culturels, la direction nationale du projet et l’Office national du parc culturel de l’Atlas saharien (ONPCAS), avec l’appui de l'Algérienne des eaux (ADE), organisent, du 12 au 17 janvier 2020, une formation d’initiation aux analyses hydro- biologiques pour le suivi des eaux naturelles, au niveau de la wilaya de Laghouat.

Cette formation destinée aux ingénieurs et aux techniciens de l’ONPCAS et de ses partenaires locaux (l'environnement, l'hydraulique, les services agricoles et les forêts), a pour but la constitution d’un premier noyau de suivi et de contrôle, maitrisant les notions de bases nécessaires à l’analyse hydro-biologiques et facilitant la détermination de la qualité biologique des eaux naturelles des zones humides du parc culturel de l'Atlas Saharien.

Le programme comportera deux volets ; un travail de laboratoire qui permettra aux stagiaires d'acquérir des connaissances théoriques, de se familiariser avec le matériel nécessaire à la réalisation des analyses hydro biologiques, à l'interprétation et à l’exploitation des données ainsi qu'une initiation à la taxonomie à travers des exposés théoriques et des exemples tirés de cas pratiques sur terrain. Et un travail de terrain, avec un exercice pratique sur site, au niveau de la zone humide d'EL GHICHA, permettra aux participants d’appliquer les notions théoriques acquises relatives aux techniques de prélèvement, de prétraitement des échantillons et d'analyse in-situ des eaux naturelles par l'analyseur multi-paramètre portatif. 

A travers cette formation, qui est la quatrième du genre après celles dispensées respectivement dans les parcs culturels de l'Ahaggar, du Tassili n'Ajjer et de Tindouf, la direction nationale du PPCA élargit son noyau de suivi et de contrôle des zones humides, en mettant en place les assises d’un réseau d'observateurs efficient  devant assurer un suivi et une évaluation régulière de l'état de conservation et de l'évolution de l'état écologique des zones humides  dont  regorgent les parcs culturels.

Communiqué de presse-publié le 08 janvier 2020